Non classé

Une étrange rencontre

Une étrange rencontre.
« J’ai soif ! », dit-elle timidement en relevant la tête.
Il se leva pour aller chercher un verre d’eau puis revint vers elle pour l’amener
dans un coin plus à l’abri des courants d’air. Elle était si belle ! Si élégante ! Avec sa
robe rouge pourpre. C’était son amie, sa confidente, celle dont il était responsable.
Alors, le Petit Prince se pencha vers sa rose et lui avoua son désir de revoir la terre et
ses habitants. Rapidement, pour ne pas voir la tristesse de sa fleur, il fonça dans
l’espace noir et chercha la Terre.
Attiré par la lumière, comme un papillon de nuit, il atterrit sur la plate-forme
du phare de Contis qui émettait encore son rayon lumineux, balayant l’océan de
Biarritz au Cap-Ferret. Au moment où il allait s’asseoir pour se reposer un peu, la
grosse lampe s’éteignit, remplacée là-bas au loin par une lueur d’abord rose, puis de
plus en plus dorée. Elle grandissait et recouvrit tout l’océan de sa lumière orangée en
se mêlant aux reflets argentés des vagues. C’était un spectacle magnifique ! Le Petit
Prince assistait au lever du soleil. Chaque fois qu’il venait, la Terre lui réservait bien
des surprises…
Il descendit donc les 146 marches de l’escalier en colimaçon et se dirigea vers
le sentier sablonneux qui traversait la forêt. C’est alors que, là, au milieu des pins, il
aperçut un vélo appuyé contre un stère de troncs coupés. Il s’avança et découvrit un
petit garçon, assis sur une souche et qui semblait très attentif à ce qu’il faisait entre
ses doigts. Il s’approcha à petits pas pour ne pas le surprendre et lui parla doucement :
_ « Bonjour ! Qui es-tu et que fais-tu là, tout seul ? »
L’enfant releva la tête. Il devait avoir dix ans et son regard atteignit le Petit
Prince en plein cœur. Ses grands yeux noirs mangeaient toute sa figure. Il lui envoya
un immense sourire et l’invita, d’un geste de la main, à venir s’asseoir près de lui pour
lui répondre :
_ « Je m’appelle François et j’habite à Saint Julien. Mes parents travaillent tous les
deux à la boulangerie et moi, je viens souvent ici en vélo, après le catéchisme. »
Il lui raconta alors que l’an passé, il avait été gravement malade, atteint par le
coronavirus. Il avait été hospitalisé pendant plusieurs mois et avait failli mourir. Or,
un jour, dans le service, une visiteuse des malades, Mamie Jeanne, était venue le voir
parce qu’il allait un peu mieux. Ce jour-là, il était content de voir quelqu’un. Dans les
chambres autour de lui, les malades mouraient et lui-même avait peur. Alors, Mamie
Jeanne lui avait montré une croix et lui avait posé cette question :
_ « De qui te sens-tu le plus proche ? D’un Dieu qui n’éprouve rien parce qu’il est
Dieu ou d’un Dieu qui souffre parce qu’il est homme ? »
Le Petit Prince ne comprenait pas tout. Mais le récit de ce petit bonhomme était
bouleversant. Lui- même était très ému et à cette question, il n’aurait pas su répondre.
C’est alors que François reprit d’un ton très sûr de lui :
_ « Ce Jésus, mort sur la croix, avait vraiment souffert. Tout son corps blessé le
prouvait. J’ai découvert alors que la souffrance n’était pas inutile. Elle était une
porte vers l’amour. Mamie Jeanne me l’a confirmé : Avec un Dieu souffrant, on ne sesent plus seul. Et quand je suis sorti enfin de l’hôpital, c’était la rentrée scolaire. Je
suis donc retourné au catéchisme pour en savoir un peu plus… »
Le Petit Prince continua à lui poser encore beaucoup de questions. Cet enfant
aimait parler et il prenait plaisir à expliquer ce qu’il savait. Tout en continuant de
triturer son bâton, qu’il taillait et lissait avec grand soin, il lui expliqua que le
catéchisme, c’était comme à l’école. Mais dans ce cours un peu différent, on y
apprenait l’histoire de la Création, la vie de Jésus et on parlait aussi de Dieu et du
Saint-Esprit. Il aimait bien ce moment-là, dans son groupe de copains, car il trouvait
que la catéchiste était super, qu’elle expliquait bien et surtout… qu’elle était très
belle !!! Le Petit Prince le regardait attentivement et il vit qu’il avait réussi à faire
deux bâtonnets avec son couteau, l’un plus grand que l’autre, et à présent, il
s’appliquait à y faire des encoches. Ce petit garçon était vraiment très étonnant. Il
était d’une si grande sagesse, d’une si grande intelligence et d’une si grande
profondeur !
_ « Ca y est ! J’ai réussi ! » , cria-t-il tout joyeux.
Fier de son chef-d’oeuvre, il lui montra la croix qu’il avait fabriquée en
imbriquant les deux morceaux. Elle était parfaite. C’est alors qu’il reprit sa réflexion :
_ « Je n’ai pas sculpté Jésus car je sais à présent qu’il est dans mon cœur et je lui
parle souvent. Mais la croix représente tellement de choses. C’est un chemin sûr. Elle
est le symbole de la liberté puisque Jésus est mort librement. Elle est aussi le symbole
de l’amour, un amour total et éternel puisque Jésus aime chacun de nous
individuellement. Ce bois du supplice de Jésus ne doit pas rester mort. Regarde la
nature autour de toi. Tu vois les grands pins comme ils sont tristes ! Et les chênes
tout dépouillés ! Leurs branches sont grises et tordues et les feuilles rouillées
jonchent le sol. Mais, depuis quelques jours, les ajoncs jaunissent les sous-bois,
certains bourgeons commencent à se gonfler, les pâquerettes envahissent les prés et
les jonquilles bordent les chemins s’harmonisant aux mimosas. La Création
ressuscite. Tout renaît à une vie nouvelle. Trois jours après sa mort, Jésus est
ressuscité lui aussi, le jour de Pâques, il y a plus de deux mille ans ! La mort n’est
vraiment qu’un passage… »
Le Petit Prince, en ce moment-là, était au catéchisme lui aussi. Il écoutait
François avec avidité. Le temps s’était arrêté. Ils étaient dans une autre dimension.
Après un temps de silence, l’enfant lui raconta la mort de son grand-père. Il avait
beaucoup pleuré car il l’aimait beaucoup et les merveilleux moments passés avec lui
avaient guidé ses pas. Mais, l’équipe de funérailles avec le prêtre du village avaient si
bien préparé la célébration que, vraiment, il savait à présent que son grand-père était
heureux et qu’il revrivrait un jour, lui aussi, comme Jésus. Ce jour-là, François avait
compris ce qu’était la communion. C’est pour cela qu’il réfléchissait beaucoup pour
faire sa Profession de Foi. Cet enfant ne cessait de surprendre le Petit Prince. Tout ce
mystère lui semblait simple et naturel. Lui-même ne savait plus s’il était mort ou
vivant.
A propos de la croix, François expliqua que chaque hiver, les habitants des
villages landais fabriquaient une croix qu’ils garnissaient ensuite de fleurs des
champs. Ces crois tressées, multicolores, étaient proposées pour la fête de Saint Jean-
Baptiste à Bouricos. Décidemment, la croix était très importante pour lui. Il avait tantde choses à dire et de traditions à raconter … Comme le soleil déclinait, ce petit
bonhomme se leva car il devait rentrer à la maison où ses parents l’attendaient. Avec
ce même regard qui avait tant surpris le Petit Prince au début de cette étrange
rencontre, François lui offrit sa croix. Etait-ce pour conserver un souvenir de lui ?
Pour en fabriquer une à son tour ? Pour le faire réfléchir ? Le Petit Prince ne le
saurait jamais… L’enfant enfourcha lestement son vélo et, avec un petit signe de la
main, il bondit sur la piste cyclable.
Le Petit Prince suivit ses traces jusqu’à la ville et aperçut tout à coup le clocher
de l’église. Il imagina alors ce jour de Pâques où les cloches devaient carillonner
joyeusement pour annoncer que c’était la fête du Vivant , les gens accourant et criant :
« Il est vraiment ressuscité ! » En effet, la Résurrection est bien plus importante que
la mort mais il faut mourir pour la connaître.
En peu de temps, le Petit Prince avait appris trop de choses pour continuer son
séjour sur la Terre des hommes. La petite croix enfouie au fond de sa poche, il repartit
très vite pour retrouver sa planète. Une fois arrivé, il s’accroupit près de sa rose,
ravissante et heureuse de le revoir. Elle avait un peu pleuré car quelques gouttes de
rosée étaient encore accrochées sur ses pétales de velours. Il lui sourit et sortit la
croix de sa poche pour la planter à côté d’elle. Ainsi étaient réunis la Création,
l’Humanité et Dieu. Un voile de paix les enveloppa et aussitôt, il s’endormit. Pâques
était tout proche…
Anne-Marie Cubizolles.

Actualités

Bénédiction de la fresque; église de Pontenx

Le samedi 26 juin, le père Coucourron a procédé à la bénédiction de la fresque qui orne désormais le porche de l’église de Pontenx les Forges. Fresque réalisée par Nathalie Loubeyres. L’œuvre. La bénédiction. Signature de la fresque par l’auteur.

02.07.2021 Lire
Actualités

Fête de la St Jean Baptiste à Bouricos

Le 24 juin, grande fête de la Saint Jean à Bouricos La messe en plein air: Homélie prononcée par le père Coucourron Jean-Baptiste Saint Jean-Baptiste, vous le connaissez bien, et pas seulement le récit de sa naissance que nous venons d’entendre, mais aussi sa prédication fougueuse sur les bords du Jourdain et son humilité : […]

30.06.2021 Lire
Actualités

Profession de foi 2021

Après un temps de retraite au Berceau, les jeunes de l’aumônerie ont professé leur foi au cours d’une célébration, animée par les Troubadours de l’Espérance qui les avaient déjà accompagnés en 2020 lors de la remise de la lumière. La retraite:   Un moment de détente. Eglise de Buglose. Séance de travail. Jeune, catéchiste et […]

12.06.2021 Lire

Articles les plus consultés S'informer sur toutes les actualités

Actualités

Bénédiction de la fresque; église de Pontenx

Le samedi 26 juin, le père Coucourron a procédé à la bénédiction de la fresque qui orne désormais le porche de l’église de Pontenx les Forges. Fresque réalisée par Nathalie Loubeyres. L’œuvre. La bénédiction. Signature de la fresque par l’auteur.

02.07.2021 Lire
Actualités

Le site de Bouricos

    Entrée de Bouricos. L’airial. La chapelle. Lors des journées du Patrimoine de septembre 2020, a eu lieu, sur l’airial de Bouricos, la présentation publique d’un œuvre devant orner la chapelle. Cérémonie initiée par la municipalité de Pontenx et les « Amis de Bouricos », tous très engagés, à divers titres, à la préservation des lieux, […]

11.05.2021 Lire
Actualités

La paroisse Saint Joseph du Born

  Curé de la paroisse: le père Christian Coucouron La paroisse Saint Joseph du Born: 8 relais: Aureilhan, Bias, Mézos , Mimizan, Pontenx les Forges, Sainte Eulalie en Born, Saint Julien en Born, Saint Paul en Born, Uza   Haut de page Aureilhan Haut de page Bias Eglise Saint Michel. Haut de page Mézos Eglise […]

09.05.2021 Lire

Rechercher un horaire de messe Rechercher